Généralités sur le compost

Pourquoi investir dans un composteur? Et puis d’abord, c’est quoi le compost? Pour bien comprendre les enjeux du compostage, il est important de comprendre ce que l’on fait lorsque l’on composte ses déchets… et à quoi ça sert! 

 

Origines du compost

compost humusLes livres scientifiques ont pour habitude d’attribuer la paternité des systèmes de compostage actuels à un certain M. Beccari, dans les années 1920. Toutefois, aussi ingénieux soient-il, nos composteurs ne sont en réalité qu’inspirés par Mère Nature !

En effet, depuis toujours les arbres perdent leur feuilles, fleurs, fruits, les fleurs fanent, les animaux déplacent la nourriture, le vent fait tomber des brindilles… etc. Autant d’éléments qui tombent au sol… sans que l’on soit gênés par des montagnes de déchets organiques accumulés depuis la nuit des temps! Les déchets se sont décomposés et pour former du humus, c’est-à-dire une sorte de terre très riche, directement réinvestie par d’autres organismes vivants. La nature ne produit ainsi pas le moindre déchet et valorise ou revalorise chacun de ses éléments. Pas de gaspillage chez Mère Nature!

Observant cela, et se confrontant à deux problématiques, la première étant le traitement des déchets de plus en plus difficile à gérer face aux villes et aux populations croissantes, la deuxième étant de nourrir ces mêmes populations, les scientifiques ont mis au point le compostage. Autrement dit, ils ont reproduit le processus de décompositions pour réduire les déchets d’une part, nourrir les plantations d’autre part.

 

Qu’est-ce que le compost? La différence entre humus et compost.

Le humus est observable dans les sous-bois. C’est la fine couche supérieure du sol. Il est le résultat de la décomposition des déchets organiques, à l’aide notamment de l’oxygène et de l’humidité présents dans l’air ainsi que des bactéries et micro-organismes qui aident à réduire la taille de ses déchets. Et quant au compost, ce n’est rien d’autre que du humus… fait dans un composteur! Le compost est donc ce que vous allez produire, une sorte de “humus de synthèse”, mais totalement naturel.

fumier compost

L’idée de décomposition est souvent associée à la mauvaise odeur: c’est une idée reçue, du moins pour ce qui est du humus et du compost! Vous avez peut-être en tête l’image du gros tas de fumier au fond d’un champ que vous avez vu, et surtout senti, lors d’une de vos escapades champêtres… Mais le fumier est bien différent du compost en cela qu’il ne reproduit pas un processus naturel: c’est une grande poubelle à ciel ouvert, certes composée de déchets organiques, mais bien souvent pas très variés (de l’herbe et des excréments). Un processus de décomposition aura bien lieu mais la structure monticulaire du fumier ne permet pas l’aération des composantes, et donc leur oxygénation. C’est la fermentation (dégradation sans oxygène) qui provoque les mauvaises odeurs.

Dans le compost, l’homme encadre le processus et suit quelques règles élémentaires, ce qui empêche de genre de désagrément!

 

Le processus de compostage

compostage

On distingue deux grandes étapes dans le processus de compostage : une première phrase de dite de dégradation et une seconde dite de maturation. C’est seulement à l’issue de ces deux phases que l’on obtient un compost digne d’un humus, c’est-à-dire riche .

1. La phase de dégradation

Durant cette phase, le volume et la masse de votre tas vont beaucoup diminuer car d’une part, les déchets vont changer de structure puisque consommé par les micro-organismes, et d’autre part, l’eau va s’évaporer comme une partie des gaz contenus dans l’air initialement présent. La forte activité biologique fait augmenter significativement la température (jusqu’à 80°c!) car les micro-organismes et bactéries, en se nourrissant des cellules, libèrent une énergie calorifère.  A ce moment, les mauvaises odeurs peuvent éventuellement survenir si vous ne brassez pas la matière pour bien l’aérer. Pensez-y!

A ce stade, la matière reste toutefois reconnaissable: elle pourrit, comme on pourrait le dire communément.

 

2. La phase de maturation

La température de votre compost va diminuer durant cette deuxième phase car l’activité micro-biologique est moins forte. Les champignons se développent en nombre et des macro-organismes (plus gros donc) font leur apparition : acariens, cloportes, coléoptères, mille-pattes, vers… A l’inverse des micro-organismes qui dégradent la matière à l’aide d’enzymes, les macro-organismes mangent et digèrent la matière en changeant leur aspect: il ne reste plus que des miettes… et les excréments. Tout cela est de nouveau transformé par d’autres micro-organismes.

A l’issue du processus vous obtiendrez:

  • une eau très riche en nutriments
  • une terre (le humus), également très riche.

 

Utiliser le produit final du compost:

compostLe humus que vous prélèverez de votre composteur se révélera très utile dans vos taches de jardinage. En effet, le produit final du compost peut être utilisé comme terreau ou comme engrais: il va nourrir naturellement et sans produit chimique vos plantes. L’impact est encore plus grand lorsqu’il est utilisé dans un verger ou un potager. A l’arrivée des premiers froids, le produit final du compost peut protéger vos plantes du froid. Au pieds de grands arbres, vous pouvez même utiliser votre compost immature! En revanche, attention à ne pas l’utiliser dans votre potager ou sur de jeunes plants.

 

 

 

Et voilà, vous savez tout sur le compost!

La question, maintenant, est de savoir comment bien le faire!